Les revendications d'UNION pour les indépendants :

Etre travailleur indépendant c’est être un travailleur comme les autres qui crée de la valeur par son travail et son expertise. 
Selon les études, il y a aujourd'hui en France 2 850 000 indépendants (soit environ 11% de la population active), dont 1 750 000 travailleurs qui n'emploient aucun salarié. 1 100 000 d'entre eux opèrent sous le statut de micro-entreprise (ex-auto entrepreneur). 830 000 (source Malt-OuiShare 2016) sont des travailleurs indépendants qualifiés que l'on retrouve principalement dans le domaine du conseil, de la communication et du numérique.
C'est à ces 1 750 000 indépendants solos, hors professions réglementées par un ordre, qu'UNION s'adresse en priorité. Mais c'est aussi aux salariés ou retraités qui ont une activité complémentaire en tant qu'indépendant, les "slashers" comme on les appelle parfois. Selon les sources, il y aurait en France entre 2,3 millions (source INSEE 2013) et 4,5 millions de travailleurs (source salon SME 2016) polyactifs. 70% des indépendants le sont par choix. UNION accompagne tous ces travailleurs d'un nouveau genre car ce n'est pas parce qu'il y a absence de salariat qu'il doit y avoir absence de droits!

 

Les engagements d'UNION pour les indépendants portent principalement sur 10 points:

 

    1. Les travailleurs indépendants doivent pouvoir être représentés. Or aujourd'hui, seuls les salariés ont la garantie de pouvoir se syndiquer sur le plan légal. C'est un fait reconnu par le droit du travail. Les travailleurs indépendants, eux, sont contraints par le droit européen de la concurrence. Se syndiquer peut être considéré comme une entrave au droit de la concurrence et un délit d'entente entre concurrents. UNION revendique pour tous les travailleurs indépendants le droit de se syndiquer sans risque et défendre leurs droits devant toutes les instances et juridictions compétentes.
    2. UNION revendique pour les travailleurs indépendants le droit de choisir leurs représentants au sein de communautés organisées et reconnues. La représentativité doit être démocratique et élective. Les représentants ainsi élus doivent être rémunérés pour le temps qu'ils consacrent à la représentation de leurs pairs.
    3. UNION est favorable à la régulation des plateformes d'emploi et milite pour un équilibre de relation entre plateformes et travailleurs indépendants, notamment en matière de transparence d'information, d'absence de lien de subordination et de respect de la santé et la sécurité des travailleurs indépendants.
    4. UNION souhaite que s'instaure un débat  sur le régime de protection sociale des indépendants et revendique l'équité du prélèvement et l'indifférence du statut et le retour des droits à due proportion des cotisations.
    5. Les indépendants acquitte la CSG et la CRDS. UNION revendique l'accès à une assurance perte d'activité pour tous.
    6. UNION milite pour un accès simplifié des indépendants à la formation et à son financement.
    7. UNION revendique le respect des délais de paiement légaux pour tous les indépendants et une mise à l'index public des contrevenants.
    8. UNION souhaite que les travailleurs indépendants à faibles revenus puissent bénéficier de la garantie Visale pour un accès au logement simplifié dans les mêmes conditions que les salariés précaires.
    9. UNION souhaite que les données personnelles utilisées dans le cadre de relations professionnelles soient soumises à protection et transparence en matière d'usage, notamment lors de leur utilisation dans les algorithmes des plateformes d'emploi ou dans le cas de recours à l'intelligence artificielle. Un droit à rectification et à l'oubli doit également être institué.
    10. UNION s'associe à la proposition du Conseil National du Numérique sur la mise en place d'un Observatoire Social des plateformes et d'un "digiscore" permettant au consommateur ou donneurs d'ordres de choisir en toute connaissance de cause les plateformes en fonction de leur respect de règles sociales prédéfinies.