Coursiers à vélo. Racisme, insultes... à Angers, un collectif pour faire valoir leurs droits

Temps de lecture : 2 minutes

18 novembre 2020

Vendredi 13 novembre, le syndicat CFDT est allé à la rencontre des livreurs à vélo exerçant à Angers (Maine-et-Loire). Objectif : recueillir leur (rare) parole et les inviter à se structurer au sein d’un collectif pour améliorer leurs conditions de travail au niveau local. Une première en France.

Ils vivent une vie de livreurs à vélo. Une vie pas drôle. Anonyme. Une vie à bécane, pour faire en sorte que les clients reçoivent, chez eux, ce qu’ils ont commandé en ligne, sur une plateforme de livraison de repas à domicile (Uber eats, Deliveroo, Stuart,…). Par tous les temps.

Combien sont-ils à filer sur leur monture, à se faufiler entre les voitures dans les rues d’Angers (Maine-et-Loire), pour que la commande arrive à destination ? 30 ? 40 ? 50 ? Difficile de le savoir. Autant attraper du vent avec une raquette…

« Travailleurs de l’ombre »

« Ce sont des travailleurs de l’ombre, les esclaves du XXIe siècle, affirme, sans ambages, Stéphane Chevet, président de l’Union des indépendants-CFDT, une toute jeune association de défense des droits des travailleurs free-lancecréée en avril 2020. Certains sont parfois sans papiers. Et les courses représentent leur unique source de revenus. »

Des mots forts,...

linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram